Foire aux questions (FAQ)

 

Le consommateur d’aujourd’hui sait ce qu’il recherche. Ayant de multiples choix, prendre la bonne décision peut être un défi. L’Association canadienne des embouteilleurs d’eau a préparé une série de questions – réponses les plus communes au sujet de l’eau embouteillée. Nous espérons que cette information vous aidera à prendre la bonne décision pour vous et pour votre famille.

1 Quels sont les différents types d’eau embouteillée?

 

L’eau est classée "eau embouteillée" si elle rencontre toutes les règles fédérales et provinciales de l’eau potable. Elle doit être embouteillée dans un contenant scellé et offerte pour la consommation humaine. L’eau embouteillée ne doit pas contenir d’édulcorant ni d’additifs chimiques et doit être sans calories et sans sucre.

 

Il y a différents types d’eau embouteillée:

Eau naturelle

Doit provenir d’une source d’eau souterraine ou d’une source naturelle approuvées.

 

Eau de source

Doit provenir d’une source souterraine d’où l’eau jaillit naturellement vers la surface. L’eau de source peut être captée à l’émergence naturelle ou d’un puits. Les sels minéraux dissous peuvent être à n’importe quel niveau.

 

Eau minérale

Doit provenir d’une source souterraine d’où l’eau jaillit naturellement vers la surface. L’eau minérale peut être captée à l’émergence naturelle ou d’un puits. Elle doit avoir au moins 250 mg/litre de sels minéraux dissous.

 

Eau glaciale ou de glacier

Doit provenir de la fonte de glacier et doit maintenir une composition minérale constante et avoir les mêmes caractéristiques que l’eau du ruisseau glacial à son point d’émergence.

 

Eau gazéifiée ou "pétillante"

 

Lorsque la gazéification naturelle a été enrichie pour rendre l’eau plus effervescente.

 

"Naturellement gazéifiée" ou "naturellement pétillante"

Lorsque l’eau au moment de l’embouteillage contient le même niveau de gaz carbonique qu’à son émergence.

 

Eau embouteillée autre que les eaux naturelles

  • Doit être obtenue d’une ou des sources approuvées
  • Peut provenir d’un système d’eau municipale
  • Peut être modifiée de façon importante de sa composition ou de ses caractéristiques originales en utilisant des procédés sécuritaires.
  • Les procédés d’ozonation, de chloration ou d’autres procédés ou agents désinfectants sécuritaires sont acceptables
  • Les procédés incluent aussi la réduction partielle ou totale des gaz dissous ou des solides non dissous
  • Les procédés peuvent inclure la réduction partielle ou totale des substances instables
  • Doit être embouteillée ne dépassant pas les concentrations maximales permises définies dans le Guide canadien de la qualité de l’eau potable
  • Est "l’appellation premise" pour l’eau embouteillée conditionnée autre que les eaux naturelles

 

Eau déminéralisée

L’eau traitée ne doit pas contenir plus de 10 mg/litre de sels minéraux dissous totaux. L’eau peut être traitée par osmose inverse, déionisation, et tout autre procédé approuvé.

 

Eau distillée

Par vaporisation et condensation, avec 10mg/litre ou moins de sels minéraux dissous. Peut porter l’appellation "déminéralisée" ou "distillée".

 

Eau reminéralisée

Peut contenir n’importe quel niveau de sels minéraux dissous.

 

Eau potable

Qualificatif facultatif après "eau" dans le nom commun (ex. "eau potable distillée", "eau potable déminéralisée". Le mot "potable" n’induit pas le consommateur en erreur.

 

Eau fluorée

Peut naturellement contenir du fluor ou peut être enrichie; un maximum de 1 ml/L est permis.

 

2. L’eau embouteillée est-elle réglementée?

 

Oui, les membres de l’Association canadienne des embouteilleurs d’eau doivent rencontrer ou excéder les normes de qualité de l’eau potable, les bonnes pratiques manufacturières et les règles sur l’étiquetage du gouvernement. L’industrie de l’eau embouteillée est réglementée par trois paliers différents:

  1. fédéral
  2. provincial
  3. association industrielle

 

Réglementation fédérale

L’eau embouteillée est réglementée en tant qu’aliment et est soumise à la Loi sur les aliments et drogues (LAD). Les sociétés d’eau embouteillée sont assujetties aux normes de qualité, aux bonnes pratiques manufacturières et aux exigences d’étiquetage. Les inspecteurs de l’Agence canadienne d’inspection des aliments vérifient régulièrement les opérations des compagnies d’eau embouteillée pour assurer leur conformité aux règles et ses membres participent activement avec les autorités gouvernementales pour l’élaboration des plans d’urgence dans le but de pouvoir livrer l’eau embouteillée si besoin. L’industrie de l’eau embouteillée a déjà fourni des millions de litres d’eau embouteillée au fils des années en réponse aux urgences qui ont interrompu les services d’eau potable.

Comme pour tous les produits alimentaires assujettis à la Loi sur les aliments et drogues, l’eau embouteillée doit aussi rencontrer les exigences de l’Agence canadienne d’inspection des aliments et pourrait subir un rappel de produit s’il y avait un risque à la santé humaine. L’ACIA exige que tous les produits d’eau embouteillée soient identifiés en ayant le nom de la compagnie pour qui l’eau est embouteillée et l’information pour les joindre sur l’étiquette. De plus, l’étiquette doit comprendre le lieu de la source et la liste de certains minéraux comme pour tous les produits alimentaires. Les provinces sont responsables de la certification des sources, incluant le creusage des puits, la construction des puits, le permis de captage et la protection du bassin versant.

 

Normes de qualité

Tous les produits d’eau embouteillée doivent rencontrer les exigences du chapitre 12 de la Loi sur les aliments et drogues, incluant les règles sur la composition de l’eau, l’étiquetage et les standards microbiologiques.

 

Bonne pratiques manufacturières:

Tous les produits d’eau embouteillée doivent rencontrer les exigences générales de bonnes pratiques manufacturières et celle spécifiques à l’eau embouteillée. Les bonnes pratiques manufacturières gouvernent les usines d’embouteillage et le terrain environnant, les installations sanitaires incluant l’arrivée d’eau, la plomberie et les déchets d’eau usée. Les bonnes pratiques manufacturières pour l’eau embouteillée fournissent une réglementation détaillée gouvernant la construction des usines, l’exploitation de celles-ci incluant les installations sanitaires, les équipements et leur installation, la production et les contrôles de procédés spécifiques à l’embouteillage de l’eau, et le suivi des dossiers.

 

L’étiquetage:

Tous les produits d’eau embouteillée doivent rencontrer les règles de la Loi sur les aliments et drogues qui exigent que le type d’eau, la source, les quantité de minéraux dissous totaux (total et individuel) et le traitement (le cas échéant) soient affichés sur l’étiquette.

 

Réglementation provincial:

En plus des règles fédérales imposantes, les provinces ont aussi leurs propres règles. Les provinces sont responsables de la certification des sources, incluant le creusage des puits, la construction des puits, le permis de captage et la protection du bassin versant.

 

Normes de L’ACEE

En plus des règles complètes fédérales et provinciales, les membres de l’ACEE sont assujettis à une inspection surprise annuelle par un vérificateur indépendant pour assurer la conformité avec le code et les standards de bonnes pratiques de l’association basés sur les normes les plus élevées.

Les membres doivent faire tester 160 composés dans la source et dans le produit fini:

  • quotidiennement – coliforme, E-coli (laboratoire interne par un technicien de laboratoire)
  • hebdomadaire – coliforme, E-coli (par un laboratoire externe certifié pour confirmer l’absence)
  • trimestriel – composés chimiques (par un laboratoire externe certifié)
  • annuel – métaux, composés chimiques et minéraux (par un laboratoire externe certifié).

 

Inspection indépendante par auditeur certifié

Pour être membre, les embouteilleurs doivent obtenir une note de 85% au minimum lors d’une inspection surprise par un auditeur indépendant reconnu internationalement. Cette inspection inclut la vérification de la qualité de l’eau et des dossiers d’analyses, revoit toutes les opérations de la source au produit fini, et vérifie la conformité au code de l’ACEE (voir plus bas) des analyses de l’eau. De plus, les embouteilleurs doivent réussir une analyse de l’eau annuelle effectuée par un laboratoire indépendant – testant plus de 150 contaminants possibles. Des analyses microbiologiques doivent aussi être effectuées régulièrement par une personne qualifiée.

 

Code modèle

L’ACEE a aussi son propre code d’assurance qualité. Les exigences de ce code modèle sont plus sévères que les règles gouvernementales. Une des différences avec les règles fédérales ou provinciales est l’approche à barrières multiples qui assurent une combinaison sécuritaire de procédés incluant la protection de la ressource, le suivi de celle-ci, l’ozonation, l’ajout de gaz carbonique, la distillation, l’osmose inverse et la microfiltration pour garantir une protection contre des bactéries nocives et les organismes d’eau de surface.

 

 

3. Quelle est la différence entre l’eau embouteillée et l’eau de source?

 

L’eau embouteillée et l’eau du robinet sont différentes pour plusieurs raisons. En commençant par la source de l’eau. De nombreuses municipalités prennent leur eau de la surface soit des lacs et des rivières. La plupart des embouteilleurs d’eau puisent leur eau (95%) de sources souterraines protégées (95%). Les systèmes de distribution d’eau par les aqueducs municipaux ou pour l’eau embouteillée sont différents aussi. Les aqueducs municipaux peuvent mesurer des kilomètres de long tandis que l’eau embouteillée est produite dans des usines alimentaires et embouteillée dans des contenants propres et scellés. Enfin, l’eau embouteillée ne contient pas de chlore. Au lieu du chlore, certains embouteilleurs utilisent de l’ozone, une forme d’oxygène, ou la lumière ultra-violet pour assurer l’absence de bactérie.

 

 

L’eau embouteillée est rigoureusement réglementée en tant qu’aliment par les gouvernements fédéral et provinciaux ainsi que les normes de l’association. L’eau du robinet est réglementée par les provinces. Même si le gouvernement fédéral a élaboré le guide Recommandation pour la qualité de l'eau potable au Canada, ces recommandations ont été retenues dans quelques provinces seulement et n’ont pas force de loi ailleurs au pays. La réglementation sur l’eau embouteillée est applicable partout au Canada.

 

Comme tous les Canadiens, nos membres et leurs familles font confiance aux systèmes municipaux sécuritaires d’eau potable. Boire beaucoup d’eau, d’un robinet ou d’une bouteille fait partie d’un régime alimentaire sain et équilibré. L’eau embouteillée est un concurrent d’autres boissons parce qu’elle est accessible, elle a bon goût et elle est une alternative santé. Selon Nielsen Homescan, 95% des consommateurs d’eau embouteillée préfèrent l’eau embouteillée à d’autres boissons conditionnées.

 

 

 

4. Les eaux importées sont-elle-assujettis aux mêmes règles que les eaux canadiennes ?

 

Oui, toute eau embouteillée importée au Canada doit rencontrer les mêmes règles que l’eau mise en bouteille au Canada. Les membres internationaux de l’ACEE qui vendent leurs produits au Canada doivent adhérer aux mêmes standards que les embouteilleurs locaux.

 

5. L’eau embouteillée est-elle sécuritaire?

 

Les consommateurs peuvent être assurés que l’eau embouteillée est sécuritaire car des règles rigoureuses ont été mises en place par les gouvernements fédéral et provinciaux. Selon Santé Canda, il n’y a eu aucun cas rapporté de maladie due à des bactéries non coliformes dans l’eau embouteillée. Les consommateurs qui recherchent une qualité supérieure peuvent choisir les marques d’eau embouteillée par les membres de l’ACEE qui produisent 85% de l’eau vendue au Canada. Les normes de l’ACEE sont plus sévères que celles des gouvernements fédéral et provinciaux. Pour savoir si votre marque d’eau embouteillée est produite par un membre de l’ACEE, veuillez visiter notre section Marques de commerce de confiance qui est mise-à-jour régulièrement.

 

L’eau embouteillée est recommandée pour les personnes avec un système immunitaire faible ou compromis (ex. cancer, SIDA, transplantation d’organes, et les ainés) par :

  • Santé Canada
  • Centre de prévention et de contrôle des maladies infectueuses
  • US Center for Disease Control
  • Divers organisations pour la prévention du SIDA

 

6. Combien de temps puis-je entreposer l’eau embouteillée?

 

La réglementation actuelle ne prescrit aucune date de conservation pour l’eau embouteillée. L’eau embouteillée peut être conservée pour une grande période de temps. L’ACEE recommande de l’entreposer jusqu’à deux ans.

 

7. Comment entreposer l’eau embouteillée?

 

L’eau embouteillée doit être entreposée à température ambiante, dans un endroit frais et sec, éloignée des rayons du soleil et des produits chimiques tel que les nettoyants domestiques, les diluants (essence, diluant à peinture) et autres produits toxiques.

 

8. Puis-je entreposer l’eau embouteillée en case d’urgence?

 

Oui, l’eau embouteillée est une solution à court terme pour assurer la disponibilité en eau potable sécuritaire lors d’une urgence.

 

L’ACEE et ses membres participent activement avec les autorités gouvernementales pour l’élaboration des plans d’urgence dans le but de pouvoir livrer l’eau embouteillée au besoin. L’industrie de l’eau embouteillée a déjà fourni des millions de litres d’eau embouteillée au fils des années en réponse aux urgences qui ont interrompu les services d’eau potable.

  • Des dons d’eau embouteillée ont été faits aux victimes d’inondations à Trenton, Ontario et à Moncton, Nouveau Brunswick en 2008 ;
  • Les membres de l’ACEE ont donné 200 000 litres d’eau embouteillée pour aider les Vancouvérois après les tempêtes en novembre 2006 lors de l’interruption des services d’eau municipale;
  • Des millions de litres ont été donnés pour aider les victimes de l’ouragan Katrina en 2005 ; et
  • Plus de 1,5 millions de litres ont été donnés aux citoyens de Walkerton, Ontario après que leurs puits municipaux aient été contaminés en 2000.

 

Liens
 

Government of Canada: Emergency Preparedness – Is Your Family Prepared? Basic Emergency Kit

Emergency Preparedness – Is Your Family Prepared? Frequently Asked Question

 

9. Comment puis-je savoir si l’eau embouteillée que je bois est membre de L’ACEE ?

 

Le moyen le plus simple est de visiter la section Marque de commerce confiance qui est mise-à-jour régulièrement.

 

 

10. L’eau embouteillée : un choix santé ?

 

Boire suffisamment d’eau, du robinet ou d’une bouteille est important et fait partie d’une alimentation saine et équilibrée.

 

 

11. Les bouteilles – déchets ou recyclables ?

 

Les bouteilles PET ou en polycarbonate de nos membres sont entièrement recyclables. Après l’aluminium et le papier journal, le PET est le troisième produit le plus recyclé au Canada. Nos membres soutiennent les programmes de recyclage et encouragent les consommateurs à récupérer pour assurer le recyclage par les systèmes de recyclage. Les bouteilles d’eau sont facilement recyclables et totalement compatible avec la collecte sélective et les autres systèmes au Canada. Puisque les systèmes de récupération et de recyclage sont beaucoup plus efficaces qu’aux Etats-Unis, il est inutile de comparer les systèmes. La tendance de l’industrie est de réduire la quantité de plastique utilisée pour fabriquer les bouteilles d’eau. Notre industrie est le leader dans le développement des bouteilles ultra légères.

  • Plus de 97% de la population canadienne a accès aux systèmes de récupération de bouteilles PET.
  • Selon les organisations provinciales de recyclage, le niveau de récupération se situe entre 45 % et 80%.
  • Les plastiques sont les matériaux avec la plus grande valeur du bac de recyclage. Lorsque recyclés, il deviennent des jeux dans les parcs, des pièces automobile, des tapis, des vêtements, des sacs de couchage, d’autres contenants de plastiques, des souliers, des valises de voyage, des tissus d’ameublement, du matériel d’emballage, des feuilles de plastiques et des bâches .
  • Les plus grosses bouteilles utilisées pour les fontaines d’eau sont réutilisables (40 à 60 fois) avant d’être recyclées
  • Les contenants de boissons den plastique, incluant celles pour les bouteilles d’eau sont 1/5 de 1% des déchets retrouvés dans les sites d’enfouissement.

 

 

 

12. Les usages de l’eau

 

L’ACEE supporte une gestion complète des ressources souterraines en eau qui est basée sur la science, qui sont équitables et qui assurent la pérennité de celles-ci.

 

  • En 2012, la production d’eau embouteillée était de moins de 0,0015 des permis de captage d’eau en Ontario.
  • 97% de l’eau captée par les compagnies d’eau embouteillée est mise en bouteille et consommée. 1,3 litres d’eau est nécessaire pour produire 1 litre d’eau embouteillée.
  • L’industrie de l’eau embouteillée utilise l’équivalent de 10 terrains de golf, il y en a 700 en Ontario.
  • Selon Environnement Canada :
  • jusqu’à 1,500 kg d’eau sont utilisées pour produire un kilogramme de pommes de terre ;
  • jusqu’à 70 000 kg d’eau pour produire un kilogramme de bœuf ;
  • environ 300 litres d’eau sont nécessaires pour produire un kilogramme de papier ;
  • jusqu’à 215,000 litres d’eau pour produire une tonne métrique d’acier ;
  • presque 14 gallons (53 litres) d’eau pour faire pousser une orange moyenne (4,6 onces/130 grammes), pour la préparer dans une usine d’emballage pour le marché ;
  • 48,3 gallons ou 183 litres d’eau pour produite un verre de lait de 240 mL incluant l’eau et la nourriture pour la vache, l’eau pour nettoyer les étables et pour préparer le lait pour le marché.
  • Environ 45% plus d’eau est utilisée pour faire une tranche de pain blanc que pour une tranche de pain brun parce que plus de farine est nécessaire pour enlever la couleur brun.

 

Inspection indépendante par auditeur certifié

Pour être membre, les embouteilleurs doivent obtenir une note de 85% au minimum lors d’une inspection surprise par un auditeur indépendant reconnu internationalement. Cette inspection inclut la vérification de la qualité de l’eau et des dossiers d’analyses, revoit toutes les opérations de la source au produit fini, et vérifie la conformité au code de l’ACEE (voir plus bas) des analyses de l’eau. De plus, les embouteilleurs doivent réussir une analyse de l’eau annuelle effectuée par un laboratoire indépendant – testant plus de 150 contaminants possibles. Des analyses microbiologiques doivent aussi être effectuées régulièrement par une personne qualifiée.

 

Code modèle

L’ACEE a aussi son propre code d’assurance qualité. Les exigences de ce code modèle sont plus sévères que les règles gouvernementales. Une des différences avec les règles fédérales ou provinciales est l’approche à barrières multiples qui assurent une combinaison sécuritaire de procédés incluant la protection de la ressource, le suivi de celle-ci, l’ozonation, l’ajout de gaz carbonique, la distillation, l’osmose inverse et la microfiltration pour garantir une protection contre des bactéries nocives et les organismes d’eau de surface.

 

13 Utilisation des sources municipales par l’ACEE

 

L’eau embouteillée n’est pas simplement de l’eau du robinet en bouteille. La plupart des membres de l’ACEE exploitent des sources d’eau souterraines situées sur des terrains privés. Pour ceux qui utilisent l’eau municipale, cette eau est transformée et ne ressemble plus à l’eau d’origine. L’eau produite par les membres de l’ACEE rencontre ou dépasse les règles de la Loi sur les aliments et drogues de Santé Canada pour les produits alimentaires.

 

Les méthodes de transformations comme l’osmose inverse, la microfiltration, la distillation, la désinfection et toute autre méthode appropriée enlèvent les produits chimiques, pharmaceutiques et contaminants microbiologiques qui pourraient être présents dans l’eau.

 

Santé Canada confirme qu’aucune maladie n’a été rapportée dû à la consommation d’eu embouteillée au Canada et recommande à ceux ayant un système immunitaire compromis de consommer l’eau embouteillée.

 

14. L’eau embouteillée et les sources souterraines

 

La production annuelle d’eau embouteillée équivaut à moins de deux dixièmes de pourcent (<0.2%) de l’eau souterraine capté à chaque année. Les sociétés d’eau embouteillée doivent effectuer des études hydrogéologiques exhaustives pour assurer la pérennité de la ressource. La gestion durable de l’eau est impérative pour l’industrie de l’eau embouteillée. Au Canada, nos membres supportent la protection de cette ressource si précieuse pour des raisons environnementales, de santé et économiques.

 

L’industrie de l’eau embouteillée est un net importateur d’eau vers le bassin des Grands Lacs. Selon le rapport en 1999 de la Commission mixte des Grands Lacs sur l’eau embouteillée, pour chaque litre d’eau embouteillé exportée de la région, neuf litres étaient importés. Une mise-à-jour du ministère des ressources naturelles de l’Ontario indique qu’en 2005, pour chaque litre exporté, quatorze litres ont été importés.

 

 

15. Impact économique

 

Selon AC Nielsen Research, l’eau embouteillée est vendue au prix de 36 sous le litre ou 18 sous pour une bouteille de 500 mL. Un achat typique est d’une caisse de 24 bouteilles de 500 mL ou d’une bonbonne de 18L pour une fontaine. Les critiques de l’eau embouteillée comparent souvent le prix d’une bouteille à usage unique à une variété de produits achetés en vrac ou distribués par aqueduc. Ces comparaisons ne sont pas représentatives de la réalité donc non réalistes. 13 000 emplois directs et indirects ont été créés par nos membres.

 

16. Est-ce que le bisphenol A pose un risque à a la santé humaine

 

L’ACEE supporte le fait que Santé Canada considère les bouteilles d’eau embouteillée en polycarbonate sont sécuritaire pour la santé humaine. Dans leur évaluation, Santé Canada a revu 150 dossiers de données incluant les bonbonnes de 18 litres en polycarbonate que certains membres de l’ACEE utilisent pour l’eau potable.

 

L’ancien ministre de la Santé, M. Tony Clément, a indiqué que les Canadiens pouvaient continuer à boire des bouteilles de plastique rigide réutilisables parce qu’il n’y avait pas de risque à la santé.

 

Sondage sur l’utilisation du bisphenol A dans les bouteilles d’eau.

 

Santé Canada a encore une fois déterminé que les bonbonnes d’eau en polycarbonate sont sécuritaires. Santé Canada a basé sa décision sur l’évidence disponible, incluant des chercheurs indépendants qui utilisent des méthodes scientifiques reconnues. Les organisations de la santé, incluant l’Organisation mondiale de la santé, les gouvernements et les universités ont analysés le BPA depuis des années et considère qu’il est sécuritaire.

 

Des études indépendantes faites par les autorités de l’Union européenne, le Japon et l’Allemagne, la Food and Drug Administration américaine et l’université Harvard ont trouvé le produit sécuritaire. Les contenants alimentaires de plastique, incluant les bonbonnes de polycarbonate faites avec du bisphénol A contiennent des niveaux de BPA plus faible que ceux édictés par Santé Canada. Le BPA n’est pas un ingrédient des bouteilles de PET. Les formats de ces bouteilles sont principalement entre 250 ML et 1,5L et elles sont identifiés par le numéro 1 à l’intérieur du sigle de recyclage sous la bouteille.

 

 

.

 

 

D’autres questions ? Contactez-nous.

 

 

 

Publications

 

Information & Research Links

FAQ

Contactez-nous